« un investissement salutaire »

Tous les économistes sont unanimes. Les entreprises sont confrontées à un environnement économique, réglementaire et social en constante évolution. C’est pourquoi l’heure de la remise en cause des schémas historiques d’organisation est arrivée. Il faut aujourd’hui regarder l’avenir et faire preuve de créativité et d’innovation en travaillant sur :

  • La création de valeurs adaptées à la demande de ses clients, mais aussi à l’ensemble des acteurs de son environnement économique.
  • Mesurer leurs implications et impacts.
  • S’assurer qu’elles lui permettent de rester économiquement viable.

Construire sa pérennité :

Actualiser son modèle économique, ce n’est pas uniquement le revisiter mais surtout examiner l’ensemble de son organisation et en déterminer le sens de la démarche. Quelles cibles clients ? Dans quel but ? De quelle manière ? Pour quel bénéfice ? Ce travail passe par la prise en compte de nouveaux paramètres issus de son environnement (clients, fournisseurs, salariés) afin de repenser les moyens de création de valeurs.
Cependant l’entreprise doit aujourd’hui plus que jamais assurer sa pérennité et veiller à sa rentabilité. Pour ce faire, la démarche initiée, doit prendre en compte ces nouvelles contraintes pour en faire une  source d’opportunités. Pour maîtriser ses coûts, il convient de prendre en compte les principaux indicateurs et les ordres de grandeur de l’activité au travers par exemple d’une approche frais fixes/frais variables. L’objectif est de connaître le niveau d’activité nécessaire pour être rentable (notion de point mort).
Une telle approche permet d’ajuster le cas échéant sa stratégie commerciale pour optimiser les marges en fonction de l’activité.
L’actualisation du modèle économique permet d’optimiser l’efficacité des ressources de l’entreprise en ayant une meilleure connaissance de son positionnement sur son marché. Cela permet d’assurer la pérennité des projets de l’entreprise en améliorant la connaissance des décideurs sur les évolutions de la concurrence ou de la conjoncture. Enfin, l’entreprise gagne en image perçue et en confiance auprès de ses financeurs (actionnaires, banques…), en démontrant ses capacités d’innovation et de maintien de son développement.

 

 
 Olivier Fortin
 Consultant Groupe Tohus Bohus
 en finance, stratégie et organisation